Protéger les enfants contre la violence est un impératif des droits humains

04/02/2011

La protection des enfants contre toutes les formes de violence est un droit fondamental, que la communauté internationale a solennellement promis à sauvegarder, pour tous les enfants, partout et en tout temps. Malheureusement, la violence reste une dure réalité pour des millions d'enfants dans le monde entier. La violence entrave le développement de l'enfant, les capacités d'apprentissage et le rendement scolaire. Il inhibe des relations positives, provoque faible estime de soi, la détresse émotionnelle et de la dépression et, parfois, conduit à la prise de risque, l'automutilation et les comportements agressifs. En outre, la violence est associée à des coûts économiques importants pour la société, en réduisant la capacité de l'homme et de compromettre le développement social.

Les recherches disponibles nous amène à croire que jusqu'à 1,5 milliards d'enfants dans le monde entier subissent une certaine forme de violence chaque année. La violence a lieu dans tous les contextes, y compris lorsque les enfants sont censés jouir d'un environnement sécurisé et une protection spéciale - dans les établissements de soins, à l'école et au sein du foyer. Les jeunes enfants sont particulièrement à risque, ayant moins de capacité à s'exprimer et à demander de l'aide, et les chances également plus élevé de souffrir des dommages irréversibles émotionnel et la santé.

Bien que des proportions épidémiques, la violence contre les enfants restent dissimulés et socialement tolérée, et souvent perçue comme un tabou social ou d'une forme nécessaire de la discipline. Il est rarement signalé, les statistiques officielles à peine en saisir l'ampleur et l'incidence. La violence est souvent commis par des personnes et les enfants connaissent la confiance et, ouvertement ou implicitement, les enfants victimes se sentent mal à le cacher. Ce phénomène très répandu est entouré par une culture du silence, le secret et l'indifférence sociale, et ouvre la voie à l'impunité généralisée.

Il s'agit d'un modèle que nous devons inverser d'urgence. La protection des enfants contre la violence doit évoluer d'être une préoccupation de quelques-uns dans une priorité pour tous.

Pour faire face à l'impact dramatique de la violence sur les enfants, l'Organisation des Nations Unies a réalisé une étude mondiale sur la violence contre les enfants et, en 2009, a créé un nouveau poste de Représentant spécial du Secrétaire général sur la violence contre les enfants de garder ce sujet élevés dans la politique ordre du jour et de promouvoir une action constante pour prévenir et combattre tout incident de violence.

La violence compromet les droits de l'homme de millions d'enfants, mais n'est pas inévitable, en effet, elle peut être prévenue et a effectivement éliminé.

Avec cela à l'esprit, dans mon mandat de Représentant spécial du Secrétaire général, je tiens à souligner l'urgence de développer dans chaque pays une stratégie bien coordonnée et dotée de ressources adéquates nationale sur la violence contre les enfants; de promouvoir l'adoption et l'application de lois visant à interdire toutes les les formes de violence contre les enfants, partout où il peut se produire, y compris au sein du foyer, ainsi que de la consolidation des données et des recherches sur ce phénomène pour briser son invisibilité et de l'informer des lois et des politiques pour y faire face efficacement.

Avec une volonté politique forte, plaçant la protection des enfants contre la violence importante dans le débat public et au centre de l'agenda politique national, nous pouvons construire un monde où la violence a vraiment pas de place!